Featured Video Play Icon

Pokemon GO : nouvel outil de voyage ?

Voici un article qui me fait déjà marrer avant de l’écrire puisque d’entrée de jeu, je ne vous le cache pas, je suis un joueur de Pokémon Go et au moment ou j’écris ça fait 1 mois que pendant mes escales, je sors chasser les créatures qui apparaissent entre deux buissons. Mais je me pose la question : quel impact ça peut avoir sur les voyages ?

Pokémon Go, un outil ou un simple jeu ?

Posons-nous la question un instant. Est-ce que ce qui était un simple jeu dans notre jeunesse il y a 20 ans est encore considéré comme un simple jeu ou est-ce que c’est en passe de devenir une révolution pour son utilisateur ?

Je me dis clairement que voyager ça va devenir un peu différent, non ? Il y a les irréductibles qui se diront « Moi, jamais je ne jouerais » et qui joueront jamais, en effet, puis ceux qui seront convertis comme tout le reste de la population (ou presque) et qui jouerons sur une base journalière et régulière, alors pourquoi ne pas allier plaisir de voyage et plaisir de jeu ? Ben je vous dirais qu’il y a un pour et un contre.

Premièrement, on ne peut pas se servir de Pokemon Go comme une application de voyage à part entière puisqu’il s’agit juste d’une app qui recrée la carte réelle de notre monde pour y ajouter des éléments virtuels comme les Pokéstops (où on peut découvrir des choses qu’on aurait jamais remarqué) ou, bien sur, les pokémon eux même. (Je ne sais même pas si on doit mettre un S s’il y en a plusieurs, des Pokémon).

Article qui pourrait vous intéresser :  Le tour du monde des panneaux - Les limites de vitesses

Pourquoi pas après tout dans un si beau cadre.

Ces pokéstops qui sont donc des lieux d’intérêts permettent de visiter un endroit en sortant souvent des sentiers battus. Prenez mon exemple, je me balade dans Paris, une ville qui m’est pourtant inconnue, ou en tout cas, je n’y connais pas grand-chose en dehors des lieux phares comme la tour Eiffel et le Louvre. En jouant à Pokémon pendant mes balades à trottinette dans la ville, je découvre des tags intéressants, des portes de bâtiments anciennes sculptées et d’autres monuments qui sont bien moins connus et je m’instruis en même temps.

Donc du simple jeu, on est passé à une application qui fait bouger (on le savait déjà) et qui amène un petit côté ludique, qui permet au locaux de redécouvrir leur ville et aux visiteurs de ne pas faire que les sentiers habituels et touristiques. Ça devient aussi un outil au final.

Et ici, sympa non ?

Deuxièmement, concernant ceux qui voyage à l’étranger et qui joue à Pokémon Go, il va y avoir cette dimension à ajouter au voyage. Je me rend à New-York pour 15 jours, a un moment, je vais consacrer un temps pour explorer les pokémon et lieu de Central Park et Times square et ailleurs à Pokemon Go, pareil si je me rend à Brisbane en Australie, j’irais combattre l’arène au centre-ville.

Ce jeu prend une ampleur telle qu’il va changer la façon de voyager d’un bon nombre de personnes et comme le dit un de mes amis sur Facebook que je citerais : « Combien de temps avant d’être lassé ? ».

Article qui pourrait vous intéresser :  Tu as de la chance toi, tu voyages !

Pokémon Go : La rencontre en voyage

Au-delà d’aller gambader sur notre belle planète, il existe un aspect non-négligeable à ce jeu, c’est les rencontres.

Vous le savez pour ceux qui me suivent, je travaille sur un bateau de croisière fluviale et à chaque escale, il m’arrive de sortir après mon travail et je rencontre systématiquement des groupes de personnes qui jouent aussi. Spontanément, les gens viennent se parler, échanger : « Quelle équipe ? Quel Niveau ? Quels pokémon as-tu trouvé dans le coin ? » etc…

On rencontre un tas de gens, au hasard ou pas !

Si ça arrive ici, à mon échelle, ça peut arriver n’importe où et donc par conséquent, en voyageant, ça amène un aspect social en plus et forcément ça peut créer des liens et pourquoi pas se constituer une liste d’amis locaux à revoir plus tard. Je pense que de ce côté-là, le potentiel de rencontre pour voyageur n’est vraiment pas à laisser de côté.

Rien que quand j’écris l’article, je suis sur la terrasse de mon bateau et je vois passer un groupe de jeune en train de jouer. A priori, il y aurait un Galopa (pokémon feu) pas très loin et étrangement, si je ne travaillais pas maintenant et que je n’écrivais pas, j’aurais été les voir et j’aurais cherché.

Autre exemple concret de cette socialisation en voyage. Dans mes clients cette semaine, j’ai des français, des américains et des anglais, et pas des jeunes. Une de mes clientes passe son temps à jouer au jeu et vient me faire ses rapports régulièrement.

Article qui pourrait vous intéresser :  Partir en voyage : Ce que ça représente pour moi !

D’un côté, c’est pas mal, ça l’occupe pendant la navigation, mais de l’autre côté, elle ne profite pas pleinement de son voyage et rate un tas de choses à voir. Il faut savoir doser les choses, certes, mais c’est incompatible pour moi.

Ça ne doit pas en arriver là !

Voyager et chasser le pokémon, je dis oui, et clairement je pense que plus de gens vont s’y mettre mais il faudra faire la part des choses et ne pas partir pour Pokémon GO, le voyage doit rester en soit un voyage.

Je ne serais quand même pas étonner de voir des visites spéciales Pokémon Go arriver et des voyages organisés sur les traces des pokémon rares. Just Kidding !

Bon aller, je finis cet article et je crois qu’il y a un dracolosse pas loin d’ici…. Pokémon GO ! Gotta catch ‘em all ! Et bon voyage !